Expédition à l’Ama Dablam : Sophie Lavaud au sommet !

Avec son camarade népalais Dawa Sangay Sherpa, la franco-suisse Sophie Lavaud a réussi l’ascension de l’Ama Dablam en début de matinée : nouveau sommet à mettre à l’actif de l’himalayiste en quête des 14 sommets de 8.000 mètres.

photo- Himalayan journey

Sophie Lavaud au sommet de l’Ama Dablam

Faute de pouvoir continuer sa quête des plus hauts sommets de la planète, en cette période de restrictions sanitaires, Sophie Lavaud a choisi cet automne l’Ama Dablam. 6.812 mètres mais un sommet plus technique que certains 8.000. L’altitude est plus basse mais pas la difficulté. La franco-suisse était au sommet ce matin à 9h50, d’après l’opérateur de l’expédition Seven Summit Treks.

Quelques heures plus tôt, d’autres grimpeurs dont un Français étaient également au sommet. La série avait été inaugurée hier avec un Ukrainien qui avait réussi l’ascension en fin de matinée. Dans le même temps que la cordée du Prince qatari Moe Al Thani. Nous n’avons pas tous les noms mais Madison Mountaineering évoque 100% de taux de réussite pour ses clients. Les sherpas avaient terminé d’installer les cordes fixes le 10 novembre.

Il reste encore quelques membres des expéditions présentes au camp de base dont on n’a pas de nouvelles. Ont-ils abandonné l’ascension, feront-ils partie d’une prochaine salve de réussites ? Suspens. Il y a notamment deux autres Français.

Ci-dessous quelques images de l’ascension d’acclimatation de Sophie Lavaud sur le Lobuche Est. C’était quelques jours plus tôt. Ce sommet de la vallée de l’Everest est assez proche de l’Ama Dablam, il culmine à un peu plus de 6.100 mètres.

Source – https://www.altitude.news/suivre-les-expeditions/

Népal : sans emploi, les Sherpas entretiennent les sentiers de l’Everest

Alors que le covid-19 a ravagé l’économie du tourisme au Népal, les communautés en ont profité pour nettoyer et entretenir les lieux de passage, voyant « dans chaque problème une opportunité », comme le raconte le Nepali Times. 

Namche Bazar, dernière ville du Khumbu avant les chemins de l’Everest, a vu sa fréquentation s’effondrer. © Benjamin Grant – unsplach.com

Une année noire pour le tourisme, mais bénéfique pour la nature ? Tout avait pourtant bien commencé pour le Népal, qui comptait attirer une population record grâce à sa campagne « Visit Nepal Year 2020 » initiée au début de l’année. Objectif : faire venir deux millions de visiteurs par an. Pandémie, confinement, mis à l’arrêt du monde : tout le monde connait la suite. 

 Malgré la réouverture du Népal le 17 octobre dernier, presque aucun visiteur ne s’est aventuré à Namche

Pour les communautés du Khumbu, un afflux supplémentaire de touristes signifiait avant tout une amélioration du niveau de vie. Espoirs douchés rapidement, puisque les sentiers himalayens n’ont quasiment pas été parcouru durant ces neufs derniers mois. Malgré la réouverture du Népal le 17 octobre dernier, presque aucun visiteur ne s’est aventuré à Namche, porte d’entrée de l’Everest et capitale des Sherpas, comme l’explique le Nepali Times. L’aéroport de Lukla, qui assurait 60 vols par jour avant la crise, a fermé ses portes quand les derniers randonneurs ont quitté les lieux en mars. 

« Pour les milliers de porteurs, de cuisiniers, de caravaniers et de vendeurs, le désastre est inimaginable », raconte le journal. Alors que le parc national de Sagarmatha accueillait 60 000 visiteurs en 2019 (dix fois la population locale), le chiffre est tombé à 4000 pour l’année 2020. 

Voir « dans chaque problème une opportunité » 

Une lueur d’espoir, malgré tout : dès le début de la pandémie, les émissions de CO2 ont considérablement diminué et « il n’y avait presque plus de monoxide de carbone dans l’air ». Plus incroyable encore, le mont Everest était visible depuis Katmandou pour la première fois depuis des années. 

 Des femmes ont mis en place un système de gestion des ordures qui sert d’exemple aux autres communautés népalaises

C’est dans ce contexte que « les guides et porteurs ont été engagés par les communautés locales pour restaurer, nettoyer et sécuriser les sentiers et les ponts », raconte le Nepali Times, qui rappelle l’épineux problème de la gestion des déchets dans ces hautes vallées. 

Pour le quotidien, c’est avant tout un travail « par les villageois, pour les villageois », qui voient « dans chaque problème une opportunité ».  « Pour la première fois, de nombreux enfants sherpas qui ne pouvaient pas aller à l’école sont restés et ont pu participer à d’importants rituels comme le festival de Dumji ou de Mani Rimdu ». Quant aux femmes de Khumjung, « elles ont profité du confinement pour nettoyer les environs et mettre en place un système de gestion des ordures qui sert d’exemple aux autres communautés népalaises ».

Source- https://www.trekmag.com

Les grenouilles adoraient et nourrissaient des spécialités au Népal!

Les agriculteurs, en particulier les Newars du Népal, offraient aujourd’hui de la puja (culte) aux grenouilles et leur donnaient diverses spécialités pour marquer le festival hindou Janai Purnima.

Fantastiques photos panoramiques du pic Pikey

Photo et texte par Chhiring D. Lamas / Nepal

Au sommet du Pikey Peak (4068m) d’où nous avons un fantastique panaroma sur la chaîne de l’Himalaya. Par temps clair on peut apercevoir tous les 8000 m. Népal, depuis le Kanchenjunga à l’est jusqu’au Dhaulagiri à l’ouest. Le trek offre également un aperçu de la culture du légendaire Sherpa, permettant aux randonneurs d’avoir le meilleur de la culture et de la nature.

détails…

La récolte du café

Aimeric Ferlay

IMGP6658

(Les graines de café venant d’être récoltées)

Une petite semaine passée non loin de Pokhara, au-dessus du lac de Begnas (le deuxième plus grand du pays) dans une ferme en tant que “woofer” (mais c’est pas vraiment du woofing, parce qu’on doit payer pour travailler !! Payer pour travailler, non mais faut vraiment être taré !!). Enfin, me voilà donc avec une autre française et un couple d’italien à ramasser du café, “lui enlever son p’tit pyjama” (en fait c’est la machine qui retire l’enveloppe !), à le laver, le faire sécher, et l’ensacher pour l’expédier à Katmandou où il sera torréfié !

C’est du boulot quand même !!

détails…

Soins de santé sur les ailes, drone médical bientôt au Népal

Le drone médical initié par Mahabir Pun, président du Centre national de l’innovation (NIC), en est à sa dernière étape d’exploitation. Le projet de drones médicaux qui va changer la donne en matière de soins de santé en milieu rural au Népal en facilitant la livraison des médicaments et la récupération des échantillons de laboratoire à destination et en provenance de zones éloignées et très éloignées.

détails…

“On peut passer dix heures à attendre dans le froid” : le dangereux succès de l’Everest, sommet le plus embouteillé du monde

-Marie-Violette Bernard/France Télévisions

Plus de 800 personnes ont tenté l’ascension de la plus haute montagne du monde, cette année. Une saison qui a été marquée par des engorgements à près de 8 800 mètres d’altitude et onze morts.

“J’ai passé une heure trente à faire la circulation au sommet du monde.” Le matin du 22 mai, Nirmal Purja est “resté bloqué quatre heures” dans le long serpentin d’alpinistes qui cheminaient lentement vers le sommet de l’Everest. Sur le célèbre ressaut d’Hillary, à 8 800 mètres d’altitude, plusieurs dizaines de personnes ont fait la queue sur une mince bande de neige pour atteindre le point culminant de la planète. “En redescendant, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose”, raconte à franceinfo l’ancien militaire britannico-népalais, qui s’est fixé l’incroyable défi de réussir l’ascension de 14 plus hauts sommets du monde en sept mois. “Alors j’ai organisé le passage des uns et des autres.” 

détails…

L’Inde pense avoir trouvé le yéti, le Népal n’y voit qu’un ours

                                                     afp.com/Prakash Mathema

Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le 03/05/2019 à 17:02

Le tweet de l’armée indienne avait déclenché hilarité et scepticisme.

détails…

Chamonix : le Premier ministre népalais était coincé en haut du Brévent

Le Premier ministre népalais et la délégation qui l’accompagnait sont enfin descendus du Brévent.

Le petit groupe sera resté bloqué un peu plus d’une heure à 2500 mètres d’altitude du fait des conditions météorologiques.

détails…

Quatre nouveaux morts sur l’Everest embouteillé

Quatre alpinistes ont péri sur l’Everest, ont annoncé vendredi des organisateurs d’expéditions, portant à huit le nombre de morts cette saison sur le toit du monde dont la fréquentation croissante crée de dangereux embouteillages en “zone de la mort”.

détails…